Le Bois Raméal Fragmenté – dit BRF

Par Elisabeth PEDRON, Consultant en écologie et développement durable


 

Définition

C’est un amendement ligneux constitué de jeunes branches (ou rameaux, de diamètre inférieure à 7 cm) broyées à épandre directement sur le sol puis incorporé à la première couche du sol par simple griffage.


Origine

Cette technique complémentaire des méthodes culturales simplifiées de non labour a débuté dans les années 70 au Canada. Le but étant à l’origine de recycler l’immense stock de déchet froestiers produit lors des élagages pratiqués sous les lignes à haute tension.

Les résultats sont aussi surprenants que spectaculaires. Sur les propriétés du sol comme sur les cultures elles – mêmes :
⇒les sols traités résistent à la sécheresse/ravageurs
⇒la fertilité du sol est restaurée
⇒les rendements sont supérieurs


Concept sous jacent

Les forêts sont des écosystèmes suffisants :

Aucun engrais n’est nécessaire au développement des forêts, qui produisent pourtant une énorme biomasse chaque année, bien supérieur à quelque tomates, haricots verts et salades ! les seuls éléments apportés au sol sont les rameaux, branchage et feuilles tombées des arbres tout au long de l’année….

Or les champignons principaux décomposeurs du bois raméal (branchage), sont les seuls capables de dégrader les composants du bois (lignine). Ils forment d’important réseau de mycéliums (filaments blancs) dans le sol, représentant de véritables ponts entre les restes du bois et le sol. Ils permettent ainsi de rendre les nutriments des rameaux disponibles pour les plantes !

Le BRF permet de restaurer les sols dans leur logique originelle, au profit de l’agriculture.

“l’engrais nourrit les plantes, par contre le BRF alimente la vie du sol qui nourrit les plantes.”


Mise en Oeuvre

1/ Récolter des rameaux : plutôt à l’automne (ressource disponible et pas de risque de compostage lié à la chaleur)
2/ Broyer les rameaux en copeaux (de 2 à 5 cm) et épandre directement sur le sol (épaisseur = 3 à 5 cm) : en automne suite à la récolte, ou plus tard dans l’hiver….
Attention : Si c’est un premier apport de BRF, faire un apport d’azote (semis de légumineuse par exemple) pour compenser lde phénomène de “faim d’azote”
3/ Mélanger les copeaux à la couche superficielle du sol par simple griffage (ne pas enfouir le mélange) : au printemps, quant les myceliums sont bien développés et les vers de terres nombreux
Attention : Ne pas oublier le griffage, car le BRF n’est pas un mulch. Et ne plus labourer car les organismes qui décomposent le BRF sont aérobies et ne sont donc pas actifs dans les profondeurs du sol

“Il ne sert à rien d’enrichir la surface si c’est pour aller tout mettre dans le fond par la suite”


Le Principe

Les champignons envahissent le BRF en consommant les éléments non structuraux du bois et l’azote disponible du sol (d’où le phénomène de “Faim d’azote” en cas de premier apport).
Lorsqu’il n’y a plus d’azote libre, les champignons attaquent la lignine, exposant ainsi les autres constituants du bois (cellulose, hémicellulose) et produisant des molécules assimilables par les bactéries.La faune du sol intervient alors en broutant les champignons. Ce qui a pour effet de brasser la matière organique et de nourrir aussi les bactéries grâce aux déjectinos de la pédofaune.


 

Recommandations

Selon les essences, el volume de broyat est égale à 1/10 voire 1/15 de volume de branches.

Donc 10 m3 de branches produisent 1,5m3 de broyat seulement !
Pour mettre 3 cm de BRF sur un jardin de 100 m², il faut donce

3m3 de broyat, c’est à dire 30m3 de branches !!!

Un chantier de BRF nécessite donc de l’organisation et de la place pour le stockage !!! pour une organisation optimale, nous conseillons donc :

1. d’être équipé d’un broyeur (achat individuel, groupé ou location)
2. d’avoir une tronçonneuse
3. de travailler en équipe de 2 minimum
4. de prévoir 2 phases de travail
– coupe et stockage des rameaux
– broyage et épandage


Autres applications

Du fait de son pouvoir absorbant important et de sa résistance au tassement , le BRF est une Litière animale de première ordre, notamment pour les bovins et les porcins. Il permet par exemple de stabiliser les zones boueuses (zones de passage, stabulation,…)

Le BRF peut également être utiliser comme mulch protecteur (pour les jeunes arbres, les haies et les vivaces, ) En couche de 10 cm d’épaisseur, il étouffe les mauvaises herbes, crée un environnement de type forestier, constitue une niche pour les organismes, attire les vers de terre, protège de la sécheresse et enrichi le sol en se décomposant.

 

Allez à vos tronçonneuses et n’oubliez pas :

“Préserver la nature, ce n’est pas sauvegarder le passé, mais construire l’avenir”